Se poser des questions permet-il vraiment de réussir ses projets?

Peut-on vraiment réussir ce qu’on entreprend en se posant beaucoup de questions ? Est-il bon de se poser des questions : « est-ce que… ? Et si… ? Mais vraiment qu’est-ce que… ? Comment ? Pourquoi ? Faut-il… ? ». Le plus souvent dans la vie, il faut savoir aller de l’avant sans trop se poser de questions. Si cette démarche a le mérite d’aiguiser ses choix pour plus d’efficacité, elle peut aussi faire rater des opportunités. De plus il ne faut pas se poser n’importe quelles questions, elles doivent être pertinentes au risque le cas échéant de juste perdre un temps précieux. 

 Vive les questions pertinentes  

Se poser des questions avant de se lancer dans un projet ou de le mettre à exécution, c’est bien. Cela signifie qu’on raisonne, qu’on est prudent. On veut éviter des pièges, de commettre des erreurs, de perdre son investissement… C’est une étape essentielle. Si par exemple tu as pris un crédit à la banque et que tu veux bâtir une supérette dans un endroit, il te faudra faire une étude de terrain.

Faire une étude de terrain c’est se poser des questions pertinentes : « placer ma supérette ici, est-ce que c’est bien? » Si tu vas bâtir ta supérette dans un endroit désert, où il n’y a personne, comment comptes-tu réaliser du profit si personne ne vient acheter tes articles ? Et si tu bâtis une supérette dans un endroit où il y a du monde, comment comptes-tu attirer des clients si tu ne proposes pas des produits recherchés par les habitants de ce quartier ? Se poser des questions pertinentes est donc très important. Elles doivent avoir pour objectif de te permettre d’anticiper le futur. De cette façon, il y a moins de place pour l’imprévu et donc pour l’échec. Elles vont permettre de mettre en action tes projets.

    Attention aux questions creuses  

Se poser trop de questions peut aussi conduire à échouer. Ce type de questions est souvent guidé par un excès de prudence. Elles ne servent en réalité qu’à te faire douter et reculer l’échéance de l’action. Elles créent une peur de l’échec qui pousse à l’immobilisme. Que cette peur soit justifiée ou non, elle ne doit pas t’empêcher d’avancer. Il est facile de penser « Regarde, c’est le patron de l’entreprise Microsoft en France!! Il fait trop peur. Si je vais lui parler, est-ce quil ne va pas ordonner à ses gardes du corps de me mettre dehors? »  Mais en réalité qui sait si sa réputation n’est pas fausse ? Peut-être est-ce une apparence, et qu’au fond c’est une personne très abordable que ton profil pourrait intéresser. La seule façon de le savoir est d’oser. La clé de la réussite est d’oser se faire une idée des choses par soi-même.

« Et si… et si on rejetait ma demandede candidature dans telle université?Ça ne sert à rien de postuler dans ce cas », « Maisles clients viendront-ils dans mon épicerie alors quil y en a déjà dans le quartier? »

Autant de questions qui ne t’apportent aucun bénéfice et qui pousse à renoncer. Ne dit-on pas qu’avec des « si » on mettrait Paris en bouteille ? Un échec n’est pas la fin du monde au contraire c’est le meilleur moyen d’apprendre et de s’améliorer. En aucun cas la spéculation ne te fera avancer.

Réussir implique de prendre des risques.   

Entreprendre un projet implique soit la réussite, soit l’échec évidemment, mais une autre chose est certaine : si tu n’essaies pas, tu n’en sauras rien. Et si tu ne le fais pas, quelqu’un d’autre le fera et il réussira. Il sera trop tard à ce moment-là pour dire « j’aurais dû ». Qui n’a jamais eu la bonne réponse à une question en classe sans y répondre par peur du ridicule ? La meilleure façon de ne pas réussir, c’est de ne rien faire. Si, tes questions ne te poussent pas à l’action, c’est qu’elles sont inutiles. Les personnes dont le monde a retenu le nom sont celles qui ont réussi à passer outre leur questionnement. Ils ont suivi le mouvement de leur cœur et ils se sont lancés dans leur projet. C’est tout. Ils ont réussi. Et on les cite à titre d’exemples.

Pour l’anecdote 

Si par exemple l’artiste Singuila s’était posé de tas de questions, jamais son entêtement aurait fait de lui  »l’enfant du pays » (tirée de son album « Guetton » sorti en 2003). Il ne serait pas là où il est aujourd’hui. Dans sa chanson, Singuila explique qu’il a connu la galère. Sa famille lui conseille même de rentrer à Brazzaville au Congo. Comme il le dit : « J’aurais pu rentrer sans problème, j’aurais pas perdu la face.Mais mon ego démesuré m’a forcé à me battre ». Il a juré qu’il ne rentrerait pas tant qu’il n’aurait pas réussi en France. Malgré le fait que beaucoup lui aient fermé des portes. Il a persévéré ainsi la chance lui a souri. C’est de cette réussite qu’il tire donc ce surnom affectueux. C’est un gage de reconnaissance. S’il s’était posé beaucoup de questions, il serait probablement rentré. Et on n’aurait jamais entendu parler de lui.

Beaucoup de gens qu’on cite en exemple aujourd’hui ont connu des échecs, cependant ce sont leurs échecs qui les ont menés à la réussite et après tout, un combat en vaux-il vraiment la peine quand on le sait gagné d’avance ?

 

En résumé, si tu veux réussir  dans tes projets, il faut d’abord ;

  1.  Te poser des questions pertinentes.
  2. Que tes questions te permettent d’établir une stratégie, un plan de route
  3. Eviter les questions sans fond qui ne servent qu’à te faire hésiter
  4. Savoir prendre des risques !

Tu sais maintenant ce qui te reste à faire, n’est-ce pas ? 

 

 

artiste coach faire carrière devenir artiste rappeur
Article précédent
Tu rêves de devenir artiste, une question : comment faire ?
journalisme journaliste enquête concours
Article suivant
L'enquête qui compte

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Retour
PARTAGER

Se poser des questions permet-il vraiment de réussir ses projets?