Welcome to Africa #1

Journal de bord d’une repat’ de 23 ans

 

Partir. Ce mot a souvent trouvé résonance dans mon esprit…

Française de nationalité, nourrie à l’éducation républicaine, j’ai toujours eu à cœur de « partir » ou plutôt de « repartir ». L’aventure du « retour » a trouvé écho dans mes lectures, alors qu’adolescente je découvrais les théoriciens du retour en Afrique qu’ont été le jamaïcain Marcus Garvey et l’américano-
ce à une époque où la République nous parlait d’égalité et où les associations telles que SOS racisme se levaient au moindre faux pas. J’ai grandi au moment où il commençait à y avoir une véritable effervescence autour du continent africain, qui autrefois était vu comme le continent des guerres et des famines, alors qu’aujourd’hui il est vu comme le continent de la croissance et d’un avenir prospère. J’ai grandi dans un milieu où peu de jeunes dont les grands-parents ont immigré dans les années 1960s, connaissent leur continent d’origine et paradoxalement ne se reconnaissent pas dans la République française qui voudrait que ses enfants soient de toutes les couleurs.

J’ai vu des jeunes arborer des T-shirts mentionnant leurs pays d’origine, j’ai vu des jeunes sur les réseaux sociaux se définir par l’indicatif téléphonique dudit ou desdits pays d’origine. J’ai vu des jeunes heureux de voir le moment des vacances arriver quand leurs parents avaient de quoi les emmener « au bled » comme on dit.

« Ma liberté, je la voyais uniquement là-bas »

Et toujours, encore et toujours, ce même mot « partir ». J’étais là sans être là, je souhaitais juste partir car non seulement l’Afrique telle que je l’avais laissée enfant me manquait, mais en plus, je voyais un immense réservoir d’opportunités se présenter devant moi. Ma liberté, je la voyais uniquement là-bas en Afrique, et je crois que de nombreux jeunes français sont peut-être comme moi. C’est pour cette raison, que j’ai décidé après avoir obtenu mon diplôme en relations internationales, de sillonner le continent que je chérissais tant, et de passer du fantasme à l’accomplissement du rêve. Pour ce faire, j’ai envie de vous emmener sur mes pas, de vous permettre de suivre mes péripéties, mes déboires, mes joies, et d’observer chacun des pays que j’ai traversés par le regard de ma plume.

J’ai décidé de vous montrer cette Afrique dont beaucoup parlent mais que peu connaissent réellement, dont beaucoup d’experts débattent à la télévision, mais sans s’être heurté aux réalités. De Accra à Brazzaville, de Libreville à Lomé en passant par Ouagadougou, Niamey ou Lagos, j’ai fait le pari d’aller à la rencontre de jeunes rentrés comme moi, des diasporas revenues, installées, et de vous raconter mon histoire, celle d’une jeune repat’ de 23 ans. Entre désillusions, joies, espoir, et accomplissements, je vous invite dans ce monde moderne du retour des diasporas en Afrique, je vous invite à me suivre auprès des citoyens que je rencontrerai.

Je m’appelle Emma, j’ai 23 ans, je suis franco-togolaise de nationalité avec des origines brésilienne, togolaise, ghanéenne, allemande et béninoise et voici mon histoire…

 

 

 

Article précédent
Entreprenariat : mode d’emploi #1
tito prince booste ta réussite
Article suivant
Interwiew de Tito Prince

Pas de commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Retour
PARTAGER

Welcome to Africa #1